Articles Comments

Nouvotoutbo » Ecologie » Les zones humides : des espaces naturels qui nous protègent

Les zones humides : des espaces naturels qui nous protègent

Depuis 1997, la Journée mondiale des zones humides (JMZH) est célébrée le 2 février, date anniversaire de la convention de Ramsar. L’édition 2017 de cette journée est consacrée au rôle des milieux humides dans la prévention des catastrophes. Son objectif : souligner le rôle essentiel de ces milieux qui protègent les populations humaines des catastrophes naturelles y compris celles aggravées par le changement climatique.

Agir pour la préservation des milieux humides

Les milieux humides sont parmi les milieux les plus dégradés et les plus menacés au monde. On estime que la France a perdu environ 2/3 de la superficie de ces milieux, en particulier à cause du drainage et de l’urbanisation. Malgré tout, grâce à la volonté politique et à la sensibilisation aux enjeux environnementaux, de nombreuses opérations de préservation et de restauration des milieux humides sont mises en œuvre en France. En juin 2014, Ségolène Royal a lancé un nouveau plan national d’action en faveur des milieux humides (2014-2018).
La Journée mondiale des zones humides (JMZH) est officiellement lancée le 2 février
2017 sur le marais de Brouage en Charente-Maritime. Elle réunit les partenaires de la JMZH, la presse et les acteurs locaux engagés dans la préservation des milieux humides.

Cette journée est l’occasion d’échanger sur ces thèmes au travers de deux
tables rondes. La première traitera du rôle des zones humides dans la prévention des catastrophes naturelles et la seconde sera dédiée à la francophonie au travers d’exemples de coopération entre territoires francophones autour de la gestion des milieux humides

> Découvrez le programme des évènements près de chez vous

Les zones humides agissent comme des remparts naturels

Les JMZH renforcent la résilience des territoires, telles de véritables infrastructures naturelles gratuites. À l’intérieur des terres, les mares, marais, tourbières…agissent comme des tampons et des éponges en freinant et absorbant l’eau, réduisant à la fois les crues et les inondations ainsi que les sécheresses grâce au rechargement des nappes phréatiques en eau. L’été, lors des canicules, les milieux humides urbains contribuent au rafraîchissement de l’air par l’évaporation de l’eau contenue dans leurs sols, leurs réservoirs et leur végétation.

Sur le littoral, les vasières, les prés salés, les lagunes, les récifs coralliens, les mangroves et autres marais salants protègent la côte de la force des vagues, de l’érosion, de l’élévation de la mer et des submersions marines, tels des atténuateurs et des remparts, ce que ne sauraient faire digues et enrochements.
C’est pourquoi, nombre des catastrophes devant voir leur fréquence et leur intensité
accrues par le changement climatique, les milieux humides peuvent être désignés
comme des amortisseurs climatiques des causes comme des effets de ce changement global.

« 90 % des catastrophes naturelles sont liées à l’eau. Les inondations sont le premier risque naturel en France, avec une commune sur trois concernée et 65 millions d’euros de dégâts par an ». Plus d’infos dans le dossier de presse Ramsar « journée mondiale des zones humides 2 février 2027 »

Crédits photo : Arnaud Bouissou/MEEM-MLHD.

Filed under: Ecologie

Comments are closed.