Articles Comments

Nouvotoutbo » Ecologie » Parution du rapport spécial de l’Agence internationale de l’énergie sur les perspectives énergétiques de l’Irak

Parution du rapport spécial de l’Agence internationale de l’énergie sur les perspectives énergétiques de l’Irak

Le 26 octobre 2012, la direction générale de l’énergie et du climat (MEDDE), l’Institut français des relations internationales (IFRI) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) ont organisé une conférence sur le rapport « Perspectives énergétiques de l’Irak ».

Au moment où la France se mobilise pour la transition énergétique, il est apparu important à la DGEC de s’associer à l’IFRI pour débattre d’un rapport produit par l’AIE sur les perspectives énergétiques de l’Irak. Ce rapport, publié le 9 octobre, analyse les caractéristiques du système énergétique irakien et ses perspectives d’évolution d’ici 2035.

> Consulter le rapport complet : www.worldenergyoutlook.org/iraq

Dans un scénario central, l’AIE prévoit que la production de pétrole irakien passerait de 3 millions de barils par jour actuellement à 6 millions en 2020 et plus de 8 millions en 2035. Dans ce même scénario, la production gazière atteindrait plus de 40 milliards de m3 en 2020 et 90 milliards en 2035, contre moins de 10 actuellement. Ces évolutions sont cependant conditionnées par l’aptitude de l’Irak à investir plus de 25 milliards de dollars par an d’ici 2020 dans des infrastructures appropriées, ce qui est relativement faible par rapport aux revenus de ses exportations d’hydrocarbures qui sont estimés à près de 200 milliards de dollars par an à l’horizon 2020.
La réalisation d’un tel scénario est cependant conditionnée par la mise en place en Irak d’une régulation administrative, économique et financière qui soit adaptée et attractive, notamment pour les investissements étrangers. Dans une hypothèse favorable, compte tenu de la facilité d’extraction du pétrole irakien, celui-ci représenterait 45% de la croissance de la production pétrolière mondiale d’ici 2020 et ferait de l’Irak le deuxième exportateur de pétrole brut au Monde, derrière l’Arabie Saoudite, mais devant la Russie.

En termes de transition énergétique, le retour de l’Irak sur la scène énergétique mondiale représente un défi et une opportunité : défi parce qu’il tend à accroître les disponibilités d’énergies fossiles et donc à atténuer le signal-prix, mais aussi opportunité, d’une part, parce qu’il peut contribuer à la croissance économique mondiale et donc à une « croissance verte », d’autre part, parce que la production irakienne se fait dans des conditions moins nocives à l’environnement que, par exemple, les sables asphaltiques.

Filed under: Ecologie · Tags: , , , , , , , ,

Comments are closed.